De la Sardaigne à la France, Giovanni dépasse les frontières par passion des courses !

Giovanni SIAS a 16 ans et est en deuxième année de CAPA sur le campus de Gouvieux. Originaire de Dualchi en Sardaigne, il effectue son apprentissage chez Henri-François DEVIN à Chantilly. Motivé, méticuleux et véritable passionné, Giovanni revient sur son parcours à l’Ecole des Courses Hippiques AFASEC et comment il en est venu à choisir les métiers des courses hippiques.

Giovanni SIAS Ecole des Courses Hippiques AFASECJ’étais attiré par cette école pour me former aux métiers des courses hippiques car nous n’avons pas d’école dédiée à ces métiers en Italie.  Je monte à cheval depuis mes 6 ans mais j’ai découvert ma passion les courses à 13 ans quand j’ai eu la chance de monter chez un ami en Sardaigne. Ma famille aime les chevaux et mon grand-père faisait des débourrages mais je suis le seul passionné de courses dans ma famille. Mes parents ont vu comment j’étais motivé et ils m’ont toujours dit que je devais faire ce qu’il me plaît dans la vie et qu’il faut suivre son ambition

A mon arrivée à l’école, je ne parlais pas français. J’avoue que ça a été un peu difficile au début mais j’ai appris la langue grâce à mes amis du campus et avec les formateurs qui m’ont aidé. A Gouvieux, nous sommes 10 apprenants venant de Sardaigne donc je n’étais pas seul.

Ma vraie passion c’est de travailler avec le cheval.  A l’écurie, j’aime tout !  J’aime bien monter le matin, faire des galops. Chez M. Devin, il y a une très bonne organisation. Mon patron et tous les salariés sont très gentils, même la femme du patron est très attentive, ils sont tous très disponibles pour moi. Je veux toujours faire de mon mieux au travail.

Lors de ma première course école, j’ai appris qu’il faut avoir l’œil sur tout dans une course mais j’étais très détendu et calme.  La deuxième course à Chantilly, était encore mieux car j’ai monté le cheval de mon patron M. Devin (Marella), qui m’a accordé sa confiance et j’ai gagné ! J’étais vraiment content.  Les sensations de la course, la sortie des boîtes, les casaques, la vitesse et l’adrénaline, j’ai tout adoré !

Après ma formation, je souhaite rester en France car il y a beaucoup plus d’opportunités ici pour devenir jockey qu’en Italie.  Il y a tout ce qu’il faut et il y a beaucoup de travail pour tous.

Je veux devenir soit jockey de plat ou d’obstacle ou sinon, le métier de garçon de voyage m’intéresse aussi car j’aimerais être toujours en contact et travailler avec les chevaux. J’aime bien les préparer avant une course, qu’ils soient bien propres et j’aime aussi me déplacer sur les hippodromes.

Mon meilleur moment depuis que je suis en formation ?  La course école que j’ai gagnée, j’en ai rêvé depuis tout petit…

Giovanni SIAS Ecole des Courses Hippiques AFASEC

 

Son maître d’apprentissage, François-Henri DEVIN ne tarit pas d’éloges au sujet de son investissement : 

Francois-Henri DEVIN

Giovanni est très sérieux et un vrai travailleur, il écoute beaucoup les conseils de tous ses collègues le matin. Il a une vraie envie d’apprendre, si il a 5 minutes de pause, il fera des soins ou les crinières des chevaux par exemple, il ne perd pas une minute à l’écurie pour apprendre ! Je suis ravi de ses progrès depuis le début et surtout de l’intérêt qu’il porte à son travail.

 

Le campus de Gouvieux compte 10 élèves originaires de Sardaigne et les formateurs sont tous unanimes sur leurs capacités et progressions. Benoît, formateur à l’écurie d’application de Gouvieux est élogieux à leur sujet :

benoit-formateur gouvieux AFASEC

La Sardaigne, c’est un peuple de cheval, ils naissent à cheval !  Nous avons recruté 10 élèves en Sardaigne en 2019 et ils ont fait preuve de leurs compétences depuis le début.  Le groupe monte très bien et c’était donc très facile de les placer en écurie malgré la barrière de la langue sur les débuts. Ils se sont tous très bien intégrés et je suis fier de voir la progression des élèves et surtout d’apprendre que Giovanni a gagné sa 2ème course école !

Photos : APRH

Articles associés